Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 14:30

Le cerveau est un organe. C'est connu. Comme nous ne pensons pas à ce que nous lisons, à ce que nous disons, à ce que nous entendons, cette phrase nous semble anodine.

Oui, bien sûr, le cerveau est un organe, et alors ?...

Et l'estomac ? Aussi.

Molière faisait déjà rire avec son "Il faut manger pour vivre et non vivre pour manger.".

Un organe est à notre service, mais c'est nous qui gouvernons.

Donc... donc... le cerveau est un organe, il est à notre service.

 

Zut, mais alors c'est nous qui gouvernons et pas notre cerveau ?...

Oui, c'est ennuyeux, car si nous sommes le pantin de notre cerveau, nous ne sommes responsables de rien, ni de notre apprentissage (ça se fait tout seul), ni de notre comportement (c'est mon cerveau !).

En plus, comme nous devenons quelque chose entre la marionnette et la machine, nous pouvons en vouloir à nos parents de nous avoir fait naître dans une condition d'esclave : je suis le jouet de mon cerveau, moi qui rêvais d'être libre comme (Superman qui vole dans) l'air.

Mais c'est tellement reposant de croire que tout se passe sans nous.

 

Par contre, si nous reconnaissons pleinement que le cerveau est un organe, alors c'est bien nous qui gouvernons.

Du coup, oui, nous sommes libres. Mais comme Spiderman, nous avons un super-pouvoir, notre cerveau, donc de super-responsabilités. Et comme Sophocle, nous comprenons la dimension tragique de la liberté : si on se trompe, ce sera de notre faute...

Oui, car du coup, nous voici responsables. Quand j'apprends, j'y suis pour quelque chose. Quand j'agis, je peux réparer mes erreurs (ça s'appelle être capable de répondre donc être respons-able).

De plus, je peux être reconnaissant envers mes parents qui m'ont donné en héritage le cerveau le plus perfectionné de l'univers !...

Ça change tout...

 

Bien sûr, vous pouvez être choquée ou choqué de cette découverte, et vous interrogez sur la nature des liens entre le cerveau et la pensée (vous). Une image classique peut nous aider.

La poutre soutient le toit. Le toit protège la poutre.

Sans poutre, le toit s'effondre. Sans toit, la poutre subit l'injure du temps, l'usure de la pluie, l'érosion du vent...

 

Le cerveau soutient la pensée. La pensée protège le cerveau.

 

La gestion mentale apprend à faire ami avec son cerveau afin de déployer la pensée.

Partager cet article

Repost 0
Published by Frédéric Rava-Reny - dans Motivation
commenter cet article

commentaires

JeChanteSouvent 17/09/2013 15:47


Soit « Sophocle » soit « bricole » mais pas « Sophocole », §3, phrase3

gestionmentale.over-blog.fr 17/09/2013 18:40



Merci ;-) J'imagine que je dois aussi modifier le passage sur "nous ne pensons pas ce que nous lisons" ;-)



Présentation

  • : Le blog de gestionmentale.org
  • Le blog de gestionmentale.org
  • : La gestion mentale dans tous ses états : être attentif, mémoriser, comprendre, réfléchir, imaginer n'auront plus de secrets
  • Contact

Recherche

Liens