Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 11:00

Peut-on connaître l'ombre sans la lumière ? Peut-on faire du neuf si on ignore le vieux ?

C'est une difficulté du geste d'imagination créatrice, c'est que pour faire du neuf, il faut du vieux (P2). Et ce vieux sera métamorphosé en neuf.

Il faut donc du P2, du code, des lois, des règles... quitte à les transgresser.

Cela ressemble à une relation d'amour-haine : je t'aime, moi non plus.

 

Si nous regardons les relations d'amour-haine, nous y trouverons des points communs avec le profil des créatifs.

En voici dans le désordre.

• Adieu routine abhorrée

Les relations amour-haine évitent de tomber dans la routine, détestée des créatifs. La routine, c'est une forme de code (P2) que l'on suit pour le respecter (geste de réflexion). L'amour-haine, en langage ado, c'est "chaud".

• Rapport passionnés

À passer d'un sentiment (amour) à celui qui semble être son opposé (haine), on fatigue quand même un peu, on souffre, et le mot passion veut bien dire souffrance à l'origine. Donc c'est passionnel, c'est haut en couleur : les créatifs aiment malgré la douleur. La loi est aussi en nous (nous avons besoin de P2) mais elle peut fondre sous les feux de la passion : le feu peut faire fondre le métal, mais le métal en fusion tombe sur le feu et l'abime un peu. Passion qui engendre une fusion qui engendre une blessure. C'est chaud, donc... ça brûle !

• Baisse de l'estime de soi

Mais à force de souffler le chaud et le froid, la coquille de l'image de soi en prend un coup. Elle craquèle. Les créatifs souffrent souvent d'une mauvaise estime d'eux-mêmes : ils la compensent parfois en jouant les divas capricieuses pour mieux masquer leurs blessures. (travaux de Margaret Clark et Steven Graham publiés dans Journal of Personality and Social Psychology 90: 652-665, May 2006 repris dans http://news.yale.edu/2006/06/07/mystery-behind-love-hate-relationships)

C'est chaud, ça brûle, c'est brûlé, je suis en cendres...

 

Alors comment faire ?

Peut-être ce qu'Aristote décrivait comme une amitié obligatoire dans Éthique à Nicomaque (livre VIII, 1157).

Peut-être va-t-on rester ensemble parce qu'on n'a pas trop le choix et surtout car malgré la haine, cela est utile de rester ensemble. C'est donc un peu obligé. C'est un mariage de raison.

Au fil du temps, l'imagination donne sa place à la loi : ce que la loi n'avait pas envisagée, voilà ce qui est neuf. La loi me donne aussi de quoi explorer l'inconnu.

Et la loi s'agrandit des trouvailles de l'imagination : elle se transforme en loi plus forte, plus générale, plus vivante.

 

Au début, on peut avoir envie de ne pas s'habiller comme les autres et faire preuve d'une créativité vestimentaire. Mais si les autres ignorent que nous connaissons les codes, alors nous serons seulement "mal habillés".

Si par contre nous montrons aux autres que nous connaissons la loi, le code vestimentaire (P2), et que nous le transgressons volontairement, alors nous devenons "créateur de mode".

Et nous lançons donc un nouveau code vestimentaire. La loi et l'imagination créatrice peuvent donc faire bon ménage.

Comme le tison de la cheminée sert à raviver les flammes.

Partager cet article

Repost 0
Published by Frédéric Rava-Reny - dans Concepts
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de gestionmentale.org
  • Le blog de gestionmentale.org
  • : La gestion mentale dans tous ses états : être attentif, mémoriser, comprendre, réfléchir, imaginer n'auront plus de secrets
  • Contact

Recherche

Liens