Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 09:38

Lettre à une lycéenne intéressée par les chevaux et démotivée par les études sous les brimades d'enseignants maladroits et de camarades mal débourrés

 

Bonjour,
 
Comme tu es jeune, belle et intelligente, tu peux croire que tu es une princesse ou agir comme telle.
Tu fredonnes ainsi "un jour mon prince viendra", et... tu attends.
Oui, bien sûr tu aimes les chevaux et plus tard (quand ton prince sera venu...) tu les soigneras.
Comment ? Ah, ben tu les prendras dans tes bras et la force de ton amour suffira. "Ah mon pauvre chéri, tu as mal, je vais m'occuper de toi."
Cela pourra te sembler choquant, et pourtant j'essaie juste de briser un miroir au parfum capiteux dans lequel tu rêves et qui te donnes le vertige puis la nausée pour t'en tendre un autre dans lequel te mirer et cesser de t'admirer à l'envers (car se déprécier c'est comme trop s'apprécier, c'est refuser de voir qui on est et du coup ce que l'on doit faire).
Princesse, OK, pourquoi pas, mais regardons-les ces princesses, avant qu'elles n'accèdent à cette dignité.
Elles sont souillons (Cendrillon), femme de ménage (Blanche-Neige), supportent les épreuves (la Belle et la Bête). Oui, d'accord, il y a la Belle au Bois dormant, qui dort, mais elle ne fait QUE dormir, et pas gémir : toi, es-tu prête à t'endormir pour cent ans ? Non, la preuve, tu lis ce texte !
Donc, même les princesses passent un sale moment, vraiment très sale où elles n'ont plus rien, parfois même plus l'espoir.
Et parce qu'elles ont entièrement accepté leur condition et de s'y soumettre (faire le ménage pour Blanche-Neige, supporter les brimades pour Cendrillon, accepter de vivre tous les jours avec un odieux personnage pour la Belle et la Bête, voire même accepter de dormir entièrement pour la Belle au Bois dormant), à un moment, comme par magie les choses changent. Comme par magie, mais en fait tout naturellement car c'est une loi de la nature que toute chose poussée à son excès se transmute en son contraire (mais ceci est une autre histoire).
 
Oui, très bien, tu vas me sortir ta ritournelle habituelle : moi, plus tard, je soignerai les chevaux. Oui, un jour mon prince viendra.
Et du coup, ce que je suis, ici, maintenant, eh bien ça n'a rien à voir avec mes beaux chevaux.
Crois-tu qu'il suffise d'aimer pour que ceux que l'on aime aille bien ?...
S'il en était ainsi, tous les enfants de la terre seraient des êtres parfaits car ils sont tous chéris de leurs mères. Mais comme cela n'est pas ainsi, parfois les mères s'aigrissent de voir que leur amour n'est pas tout puissant à faire grandir leur enfant.
Non, l'amour que nous portons aux êtres est loin d'être suffisant. Il donne l'élan d'étudier pour les aider.
Pour aider un cheval, il faut connaître des dizaines, des centaines, des milliers de choses.
Oui, je sais, tu te caches de nouveau derrière un "je verrais ça plus tard", comme tu le fis sur le nombre de vertèbres du cheval. [je l'avais interrogé un jour sur combien de vertèbres a un cheval et la réponse fut : je l'apprendrai plus tard...]
Mais "plus tard" est un voyage que l'on prépare maintenant.
Afin de pouvoir assimiler, donc mémoriser et comprendre, toutes les connaissances nécessaires pour aider un cheval, tu as besoin d'entraîner ton cerveau, ton coeur et ton corps pour cette noble tâche.
 
Pour ton cerveau, tu as à l'entraîner à mémoriser. Et mémoriser, ce n'est pas comprendre. Quand tu apprendras l'anatomie du cheval, tu auras des centaines de choses à apprendre par coeur et tu n'auras pas le temps de comprendre (naïveté juvénile de le croire !). Ce sera comme faire des bagages de façon précipitée : tu mets tout dans la valise, tout servira, plus tard, même si tu ne sais pas exactement à quoi.
Tu dois donc t'entraîner à mémoriser en mémorisant tout ce que l'on te demande de mémoriser au lycée.
Tu dois aussi t'entraîner à comprendre, et on ne comprend pas les maths comme le français, la physique comme l'histoire. Chaque matière offre une façon originale de comprendre. Cela forme un formidable bouquet très utile ensuite pour comprendre les différentes situations auxquelles tu seras confronter avec nos amis équins (sauf si tu considères que ce sont juste des machines à pattes... dans ce cas, nul besoin de comprendre, tu fais un boulot de garagiste... et encore ! pour réparer une voiture il y a tant à comprendre)
Tu dois aussi t'entraîner à réfléchir, et là aussi chaque matière offre une diversité de situations.
Pour l'imagination et l'attention, cela vient aussi.
Ah oui, surtout l'attention.
Du style : ah mais non j'aime pas ce cours alors je n'y suis pas attentive... Tu nous la ressortiras plus tard, dans une intervention d'urgence auprès d'un cheval blessé : ah non, mais là je ne me sens pas très bien, revenez plus tard...
Non, l'attention, ça se cultive. Et comme on aiguise le fil du couteau en le frottant sur quelque chose de plus dur, on aiguise le fil de l'attention en se frottant à des situations désagréables (et là les cours sont très utiles !).
De toutes façons, soyons honnêtes, même pour ce que nous aimons notre attention défaille. Nous pourrions déjà être attentifs à ce que nous aimons mais là aussi la crainte de la saveur de l'effort nous prive de la joie du savoir de la force.
 
Pour ton coeur, tu dois t'entraîner à combattre l'adversité par ton acceptation des brimades et par ton effort soutenu.
Quand tu rencontreras plus tard un animal blessé, une alchimie naîtra ainsi et permettra une guérison hâtive.
Un homme qui a le ventre plein ne peut pas comprendre un affamé. Celui qui n'a jamais souffert ne pas aider au mieux celui qui souffre.
Les animaux sont comme les enfants : ils sont démunis, ils subissent le sort que leur a décidé les grandes personnes.
Et contrairement aux enfants, les animaux n'échappent pas à leur condition en grandissant. Au contraire, plus ils vieillissent, plus ils subissent les avanies des bipèdes.
Quelqu'un qui n'a jamais subi de brimades ne peut pas comprendre un cheval blessé dans son orgueil et dans sa chair par un homme de peu.
 
Pour ton corps, tu dois t'entraîner à lui donner force, souplesse et vivacité. Les sens s'affinent afin de collecter l'essence de la vie.
Les animaux sont dotés d'une sensorialité extrêmement forte. Développer la sienne c'est permettre une meilleure communication avec eux.
 
Voilà, tu as beaucoup, beaucoup de choses à faire, chacune en son temps, une par une, sans aucune précipitation : suis la voie tracée par tes aînés, fais le travail demandé pas à pas. Tu peux y arriver et te rendre utile au monde, aux êtres vivants et sensibles.
Tu peux aussi décider de t'enfermer dans ton coin et continuer de croire que "c'est pas juste, ils sont méchants' ou encore "je ne vaux rien", oui jeune vaurien qui dissimule ses talents au lieu de laisser le monde admirer les mille éclats qu'ils recèlent, et laisser ainsi l'obscurité continuer de régner.
Même une petite lumière peut guider dans la nuit.
À toi maintenant de la faire jaillir.
 
Toujours confiant dans le développement de tes capacités à agir pour le bien-être des êtres,
 
FCRR

Partager cet article

Repost 0
Published by F.C. Rava-Reny - dans Motivation
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de gestionmentale.org
  • Le blog de gestionmentale.org
  • : La gestion mentale dans tous ses états : être attentif, mémoriser, comprendre, réfléchir, imaginer n'auront plus de secrets
  • Contact

Recherche

Liens