Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 22:19

PROJET

retour liste de concepts

Concept de gestion mentale.
Origine : concept fondateur avec celui d'évocation.
Précisions du concept de projet dans les ouvrages d'Antoine de La Garanderie.

DÉFINITION ET CONCEPT

1ère approche (grand débutant)
Dans un premier temps, la projet est ce qui permet de passer de l'extérieur (perception) à l'intérieur (évocation).
C'est la direction donnée à l'activité mentale.

À ne pas confondre avec :
- projet dans le sens habituel : "quels sont vos projets pour ce soir ?" (ce que l'on propose de faire), "quels sont vos projets professionnels ?", "quel est ton projet dans ta vie ? et pour tes vacances ?" ;
- objectif.

L'objectif est extérieur à la personne, il peut être commun à un groupe, il est évaluable : on peut le noter avec un barême objectif. C'est le but à atteindre.
Le projet est intérieur à la personne, il est absolument personnel, il n'est pas évaluable : il est subjectif. Ce sont les moyens mentaux mis en oeuvre en vue de la réalisation de l'objectif (le but).

2ème approche (débutant)
Le projet est la direction, la signification, le sens (sens-direction et sens-signification), l'intentionnalité de la pensée consciente.

Il permet de choisir ce que nous prenons comme indice dans la perception (à l'extérieur) et comment nous allons l'évoquer (à l'intérieur).
C'est par le projet que nous dirigeons le sens du couple perception-évocation.

3ème approche (intermédiaire)
À ce stade, on introduit la notion de projets de sens, projets d'actes et projets de moyens.

4ème approche (avancé)
On différencie l'intentionnalité du projet, et on éclaire la notion des structures de projets de sens, sans oublier l'horizon de sens...

 

APPLICATIONS ET CONSÉQUENCES
• Toujours annoncer l'objectif de la tâche avant de donner à percevoir.
Pour chaque travail, on précisera toujours en premier lieu l'objectif à atteindre.

• Plus les consignes sont claires, mieux adaptés sera le projet qui permettra la réalisation de l'objectif.
Nous pouvons donc annoncer le plus précisément possible les moyens à mettre en oeuvre.

• Renseigner les apprenants sur le travail mental à effectuer afin de les aider à se donner un projet adapté.
Exemple :
Quand nous disons à des élèves « Écoutez-moi ! » nous n'indiquons qu'une partie du travail à effectuer.
Nous ne parlons que de la perception, et non de l'évocation.
Nous pouvons donc les renseigner sur le travail à accomplir (fabriquer des souvenirs du cours !) en le précisant.
Par exemple : « Vous allez m'écouter pour faire exister mentalement ce que je vais vous dire. »

 

MISE EN ÉVIDENCE DE L'INSUFFISANCE DU COUPLE PERCEPTION-ÉVOCATION
Des mises en situtation de tâches comme « Le vieux bus rouge. ».
Il ne suffira pas dans cette exercice d'avoir perçu ni évoqué, il faudra pour réaliser l'objectif de s'être donné un projet adéquat.

 

Repost 0
Published by gestionmentale.over-blog.fr - dans Concepts
commenter cet article
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 22:17

PERCEPTION

retour liste de concepts

Concept de gestion mentale.
Origine : précision du concept fondateur d'évocation.
Précisions du concept de perception dans les ouvrages d'Antoine de La Garanderie.

DÉFINITION ET CONCEPT

1ère approche (grand débutant)
Dans un premier temps, la perception est ce qui est à l'extérieur de nous, par opposition à l'évocation qui est à l'intérieur.
La perception se fait par l'un au moins des cinq sens. Pour percevoir il faut donc soit voir, soit entendre, soit toucher, soit sentir, soit goûter, soit un mélange de ces cinq activités.

À ne pas confondre avec :
- perception, dans le sens habituel : "chacun a sa perception des choses", il s'agit alors ici soit d'évocation, soit de représentation ;
- sensation, dans le sens de la psychologie.

La perception est commune à tous, alors que l'évocation est propre à chacun.
La perception est donc le point fixe, le référentiel (dans le sens mécanique du terme), qui permet de dire que la pensée est dynamique.

2ème approche (débutant)
Il est possible de distinguer trois genres de perception :
- la perception extéroceptive, ou extéroception : perception de ce qui est à l'extérieur du corps, par l'entremise des cinq sens ;
- la perception proprioceptive, ou proprioception : perception de l'état musculaire ;
- la perception entéroceptive, ou entéroception : celle qui vous informe que vous venez de prendre un café et qu'il est en train de passer dans votre gorge.
• Cette distinction permet de préciser que peut-être l'évocation ne se fait pas de la même façon sur une perception par les 5 sens et sur une proprioception.
Pour les débutants, il est plus prudent de mener des dialogues pédagogiques faisant intervenir seulement de l'extéroception. Les dialogues portant sur un apprentissage corporel (geste sportif par exemple) peuvent désarçonner les débutants et les faire tomber dans la fausse croyance des évocations "kinesthésiques". Il est en effet très délicat de distinguer dans l'apprentissage d'un mouvement corporel ce qui est de l'ordre de la proprioception et ce qui est de l'ordre des évocations, les deux étant, par le truchement des motoneurones gamma, intimement liés.
Ici, le statut du corps est à approfondir. Le corps a un statut particulier, appartenant à la fois au monde et à la fois nous appartenant en propre. Si nos évocations demeurent invisibles aux autres, notre corps lui est toujours visible aux autres. Nous ne pouvons le soustraire contrairement aux évocations qui sont pleinement de notre for intérieur.

3ème approche (intermédiaire)
À ce stade, on introduit la notion d'activité perceptive et non plus de perception.

4ème approche (avancé)
La perception ou plus correctement l'activité perceptive est un des chaînons qui mène à l'évocation.
À ce stade, on introduit les notions de sensation, de perception évocative, d'évocation perceptive... que vous retrouverez sur le site de Co-nai-sens.

 

APPLICATIONS ET CONSÉQUENCES
=> enrichir sa perception en cultivant les 5 sens :
pour chaque objet de perception, trouver ou imaginer (attention, certaines choses sont TOXIQUES et les goûter entraînera votre MORT) comment il se donner à voir, à entendre, à toucher, à sentir, et à goûter si c'est un aliment.
=> enrichir sa description en utilisant le vocabulaire relatif au cinq sens
=> enrichir ses créations en cherchant pour chacune de ses productions comment on pourrait donner l'impression de voir, d'entendre, de goûter, de sentir, de toucher.
Par exemple, peindre en essayant de faire entendre des sonorités dans sa peinture (cf. la citation de Michel-Ange).
=> enrichier son évocation en déclinant ce que nous évoquons selon les cinq sens : cf. la citation d'Amélie Nothomb, la morale de la fable chinoises des aveugles et de l'éléphant.

APPLICATIONS COMMUNES AVEC LE CONCEPT D'ÉVOCATION

==> Variation des perceptions
Plus notre message est évocable, meilleure est notre communication.
Puisque nous n'évoquons pas de la même façon sur du vu ou de l'entendu (pour ne citer que deux des cinq sens), varions la présentation de notre message. Donnons aux yeux et donnons aux oreilles (et en général pas en même temps ou pas au même endroit : notion de dissociation des perceptions).

MISE EN ÉVIDENCE DE L'INSUFFISANCE DE LA PERCEPTION
Des mises en situtation de tâches comme « Vous vivez dans un monde de bulles. ».

 

Auteur : F.C. Rava-Reny, tous droits réservés.

 

Repost 0
Published by gestionmentale.over-blog.fr - dans Concepts
commenter cet article
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 22:15

PARAMÈTRES

retour liste de concepts

Concept de gestion mentale.
Origine : prolongement du concept d'évocation, différenciation des habitudes évocatives visuelles et auditives.
Précisions du concept de paramètres dans les ouvrages d'Antoine de La Garanderie.

DÉFINITION ET CONCEPT

1ère approche (grand débutant)
Les paramètres sont les références que l'on peut donner à sa pensée.
Notre pensée peut ainsi se référer à :
- du concret ;
- de l'abstrait ;
- de la logique ;
- de l'inédit.

2ème approche (débutant)
Les paramètres sont une façon plus fine de différencier les évocations visuelles et auditives.
P1 (paramètre 1) : le concret : choses, êtres, scènes de la vie.
P2 (paramètre 2) : le conventionnel : les mots eux-mêmes, les séries de mots appris mécaniquement, les nombres, le par-coeur simple, les définitions...
P3 (paramètre 3) : les liens logiques : figures (logiques), croquis, schémas de fonctionnement...
Il y a trois familles de liens logiques élémentaires : analogie, sériation, appartenance.
P4 (paramètre 4) : les liens inédits : ce qui n'a pas été perçu, symbolisation de ce qui n'a pas été perçu.

3ème approche (intermédiaire)
• Nuancer le P2, nuancer le P3.
• Savoir distinguer les gestes des paramètres, distinguer l'attention du P1, la mémorisation du P2, la réflexion ou la compréhension du P3, l'imagination du P4.


4ème approche (avancé)
• Relier paramètres, projets de sens et structure de projets de sens,

 

APPLICATIONS ET CONSÉQUENCES
• Diversifier la perception en balayant les entrées (1, 2, 3 et 4)
On propose diverses entrées perceptives afin de solliciter tous les paramètres.

Entrée 1 : du concret, donc quelque chose que l'on peut toucher, sentir, goûter (éventuellement), regarder, écouter. (multimodalité sensorielle)
Les choses, les êtres, les circonstances.
Les objets, naturels ou fabriqués.
Les évènements.
Le vécu, la vie quotidienne…

Entrée 2 : du conventionnel (certains disent littéral).
Un mot, une lettre, un nombre, un chiffre, un dessin, un symbole, un signe, le par cœur simple (définition simple)...
On a quitté la tridimensionnalité.

Entrée 3 : du lien logique. Schémas, plans, organigrammes, graphiques, structures, algorithmes, liens de causalité, démarche inductive (de l'exemple à la loi) ou déductive (de la loi à l'exemple), analyse, synthèse, argumentation, articulation logique…

Entrée 4 : du lien inédit (certains disent original ou aussi libre) :
métaphore, fiction, fantaisie, poétique, mythe, conte, légende, histoire, figure de rhétorique…
Une entrée en 4 peut être sérieuse, comme cette dénomination d'un théorème mathématique : le "théorème des gendarmes".
Quand Laurent, professeur d'anglais, propose à ses élèves le "Syndicat Autonome des Vieux Croutons" pour SAVC (sujet, auxiliaire, verbe, complément), il propose une entrée en 4.

En combinant ces 4 entrées avec une perception vue (pour les yeux de l'élève) et une perception entendue (pour les oreilles de l'élève), cela donne 8 façons de présenter un concept.

• Conséquence : notion de profil pédagogique.
Évoquer dans certains paramètres donnent un certain pouvoir (certaines aptitudes), engendre des points forts et des points faibles.

MISE EN ÉVIDENCE DES PARAMÈTRES
• N'importe quelle mise en situation dans un groupe de personnes. Donc très facile en classe.
• Une série de phrase ou de mots correspondant aux quatre entrées.
Exemple :
- entrée en 1 : « L'éléphant boit dans la rivière. »
- entrée 2 : « Éléphant s'écrit avec ph. »
- entrée 3 : « L'éléphant fait partie des mammifères. »
- entrée 4 : « L'éléphant fait du patin à glace. »

 

Auteur : F.C. Rava-Reny, tous droits réservés

Repost 0
Published by Frédéric Rava-Reny - dans Concepts
commenter cet article
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 22:13

ÉVOCATION

Concept de gestion mentale.
Origine : un des deux concepts fondateurs avec celui de projet.
Précisions du concept d'évocation dans les ouvrages d'Antoine de La Garanderie.

DÉFINITION ET CONCEPT

1ère approche (grand débutant)
Dans un premier temps, l'évocation est la façon dont nous faisons vivre à l'intérieur ce qui est à l'extérieur de nous.
On peut évoquer les yeux ouverts ou les yeux fermés, en présence ou en l'absence de l'objet que nous évoquons.

À ne pas confondre avec :
- représentation (voir Défense, p.72 et l'excellent article d'Anne Moinet sur le sujet).

L'évocation est propre à chacun alors que la perception est commune à tous.

2ème approche (débutant)
L'évocation ne fait pas appel aux organes des sens (contrairement à la perception).
Alors que nous ne percevons un objet hic et nunc, ici et maintenant, nous pouvons évoquer un objet sans qu'il soit forcément présent.
L'évocation est une construction mentale par laquelle on rend quelque chose ou quelqu'un présent à sa conscience.

Il est possible de distinguer deux genres d'évocations :
- les évocations visuelles ;
- les évocations auditives ou verbales.

3ème approche (intermédiaire)
• Il existe une différence entre évocation auditive et évocation verbale.

Une erreur historique
Par le passé, certains formateurs avancèrent l'idée que les évocations verbales étaient des évocations auto-auditives ou des évocations auditives en 1ère personne. Cette idée, intéressante dans le développement de la gestion mentale, a fait son heure, même si on la retrouve sur certains sites internet (dont on peut s'interroger sur la pertinence et la fiabilité...).

• L'évocation permet le passage du percept au concept.
Si on utilise l'approche opératoire du concept présentée par Brit Marie Barth, les attributs essntiels (le nécessaire et suffisant) de l'évocation est ce qui permet à la pensée de se déployer.
Un synonyme d'évocation serait alors "support de pensée".
Sans évocation, il ne peut y avoir de pensée, ni d'apprentissage.
Ce sont ces considérations qui font qu'il n'y a que deux types seulement d'évocations, les visuelles (évocations visuelles) et les sonores (évocations auditives, évocations verbales).


4ème approche (avancé)
• Dans l'histoire récente de la gestion mentale, un troisième type d'évocation a vu le jour : les évocations tactiles.
Elles ne sont pas à confondre ni avec les soi-disantes évocations kinesthésiques ni avec le ressenti corporel de la proprioception.

 

APPLICATIONS ET CONSÉQUENCES
=> cultiver ses évocations en variant le contact perceptif avec l'objet ; cf. la citation d'Amélie Nothomb, la morale de la fable chinoises des aveugles et de l'éléphant.
=> cultiver ses évocations en
variant la nature de l'évocation (on voit / on se dit / on entend).
=> cultiver la description de ses évocations en puisant dans le vocabulaire relatif au cinq sens et en le prolongeant par les possibilités offertes par l'évocation.
=> enrichir ses évocations en imaginant comment l'objet que nous percevons pourrait être visible, audible, tactile, goûtable, sentable.
Par exemple, créer en pensée le son d'un carré, son toucher, son goût, son odeur.

APPLICATIONS COMMUNES AVEC LE CONCEPT DE PERCEPTION

==> Variation des perceptions
Plus notre message est évocable, meilleure est notre communication.
Puisque nous n'évoquons pas de la même façon sur du vu ou de l'entendu (pour ne citer que deux des cinq sens), varions la présentation de notre message. Donnons aux yeux et donnons aux oreilles (et en général pas en même temps ou pas au même endroit : notion de dissociation des perceptions).

APPLICATIONS : CULTIVER, ASSOUPLIR, RENFORCER L'ÉVOCATION (1ère partie)
=> renforcer l'évocation en jouant sur la dissociation perception / évocation :
- dans l'espace : par exemple utilisation d'un cache pour masquer la perception et vérifier la stabillité de l'évocation ;
- dans le temps : séparation des endroits où l'on perçoit et où l'on évoque, afin de vérifier la stabilité de l'évocation.

=> solliciter l'évocation en début d'activité : par exemple pratique de l'index (convocation et accueil des souvenirs).

=> ménager un temps de pause évocative.
=> augmenter le temps d'exposition perceptive ou augmenter le nombre d'aller-retour entre perçu et évoqué, ce qui permet à une triple activité de prendre place : vérifier, modifier, compléter. Pour jouer son rôle, l'évocation a à être fiable (donc il faut la vérifier, et éventuellement modifier). Elle a aussi à être complète.
AUTRES APPLICATIONS DANS LE MÊME PROLONGEMENT : voir le geste d'attention et le geste de mémorisation.

MISE EN ÉVIDENCE DE L'INSUFFISANCE DE LA PERCEPTION
Des mises en situation de tâches comme « Vous vivez dans un monde de bulles. »

MISE EN ÉVIDENCE DE L'INSUFFISANCE DE L'ÉVOCATION
Des mises en situtation de tâches comme « Le vieux bus rouge.».
L'évocation prolonge la perception. Elle est nécessaire mais insuffisante pour réaliser une tâche : ici entre en jeu la notion de projet.

 

Auteur : F. C. Rava-Reny, tous droits réservés.

 

Repost 0
Published by gestionmentale.over-blog.fr - dans Concepts
commenter cet article
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 22:10

ATTENTION (geste d')


Concept de gestion mentale.
L'attention est un des cinq gestes mentaux.
Origine : déjà en esquisse dans Une pédagogie de l'entraide (1974), le geste d'attention subit une première description complète dans Pédagogie des moyens d'apprendre (1982).

DÉFINITION ET CONCEPT

1ère approche (grand débutant)
On peut décrire le geste d'attention dans un premier temps comme l'acte consistant à intérioriser ce que nous avons choisi à l'extérieur.

À ne pas confondre avec :
- évocation.

2ème approche (débutant)
Un geste mental comprend un projet et une action.
Le projet du geste mental d'attention est de donner une existence mentale au perçu.
L'action du geste mental d'attention est d'évoquer, visuellement ou auditivement (ou verbalement) le perçu
.

3ème approche (intermédiaire)
• Il y a une différence entre être attentif et "faire exister dans sa tête".

• À ne pas confondre avec :
- souvenir ;
- souvenir de perception.

4ème approche (avancé)
• À ne pas confondre avec :
- paramètre 1 (P1).

APPLICATIONS ET CONSÉQUENCES
=> « être attentif » n'existe pas : on est forcément attentif À QUELQUE CHOSE. Nous avons donc à nous donner le projet qui nous semble le plus apte à réaliser l'objectif souhaité. Nous pouvons avoir un projet "multiple", composé de différentes choses. Nous pouvons aussi changer de projet en cours de route (parce que nous en trouvons un plus performant par exemple, ou plus agréable ou...).
• Il est impossible d'être attentif à TOUT. Nous devons donc faire des choix. Nous avons à choisir ce à quoi nous désirons être attentif.
=> cela introduit la nécessité pour les humains de vivre en société, de développer un langage et d'exprimer leur point de vue. Puisque chacun évoque avec sa propre personnalité, nous faisons déjà des choix différents sur ce qu'il y a à évoquer : nous n'allons pas prendre les mêmes indices dans la perception. Nous n'allons pas ensuite non plus évoquer de la même façon qu'un autre. Échanger les points de vue a permis à nos ancêtres de pouvoir survivre et nous permet de continuer la grande aventure humaine. Chaque personne contribue à l'édification de l'humanité.
Dans la savane africaine, les girafes ne regardent jamais dans la même direction : chacune se répartit une direction pour mieux voir d'où vient le danger. Les humains font la même chose sans le savoir.
=> puisque nous avons à choisir, lors d'un travail, il est nécessaire de connaître l'objectif au préalable.
Quand nous voulons qu'un travail soit mieux accompli, nous devons donc annoncer quels sont les objectifs.
Pour un exercice, une consigne, un énoncé, il est important d'avoir une idée générale de ce que c'est et des questions demandées, en faisant une première lecture globale pour rechercher le sens.
• Deux pôles du geste d'attention
Nous ne sommes pas attentif de la même manière selon la façon dont on nous présente le message.
=> diversifier la présentation du message, en le traduisant par exemple : deuxième secret.
=> balayer les entrées
Par exemple, créer en pensée le son d'un carré, son toucher, son goût, son odeur.

 

APPLICATIONS COMMUNES AVEC LE CONCEPT DE PERCEPTION

• Variation des perceptions
Plus notre message est évocable, meilleure est notre communication.
Puisque nous n'évoquons pas de la même façon sur du vu ou de l'entendu (pour ne citer que deux des cinq sens), varions la présentation de notre message. Donnons aux yeux et donnons aux oreilles (et en général pas en même temps ou pas au même endroit : notion de dissociation des perceptions).

 

APPLICATIONS : CULTIVER, ASSOUPLIR, RENFORCER L'ÉVOCATION (1ère partie)
4 applications listées

• Renforcer l'évocation en jouant sur la dissociation perception / évocation.
En lire davantage

• Solliciter l'évocation en début d'activité
Par exemple pratique de l'index (convocation et accueil des souvenirs).

• Ménager un temps de pause évocative.
Exemples :
Pour l'enseignant, arrêter de donner à voir et à entendre et se taire.
Pour l'apprenant, pratique du pouce.


• Améliorer l'activité perceptive
Augmenter le temps d'exposition perceptive ou augmenter le nombre d'aller-retour entre perçu et évoqué, ce qui permet à une triple activité de prendre place : vérifier, modifier, compléter.
Pour jouer son rôle, l'évocation a à être fiable (donc il faut la vérifier, et éventuellement modifier). Elle a aussi à être complète.

AUTRES APPLICATIONS DANS LE MÊME PROLONGEMENT : voir le geste d'attention et le geste de mémorisation.

 

MISE EN ÉVIDENCE DE L'INSUFFISANCE DE LA PERCEPTION
Des mises en situtation de tâches comme « le vieux bus rouge ».
L'évocation prolonge la perception. Elle est nécessaire mais insuffisante pour réaliser une tâche : ici entre en jeu la notion de projet.

 

Auteur : F.C. Rava-Reny, tous droits réservés.

Repost 0
Published by gestionmentale.over-blog.fr - dans Concepts
commenter cet article
8 décembre 2010 3 08 /12 /décembre /2010 23:39

Voici la liste DES formateurs reconnus en Gestion Mentale sur le département de la Gironde (33), diplômés ou labellisés.

Par ordre alphabétique :

 

• Florence Armand

Formatrice, diplômée de l'UCO (Université Catholique de l'Ouest)

pedagoflo@free.fr

06 22 33 72 47

 

• Dominique Brillon

Formatrice, diplôme IF

sur Le Barp et Gradignan
www.coachingscolaire-db.org

06 81 54 09 18
 

 

• Anne-Sophie Putois

Formatrice, diplôme IF

sur Portets

05 56 57 06 01 / 06 82 99 57 05

 

• Frédéric Rava-Reny

Formateur, diplôme IF, formateur à l"Institut Supérieur de Formation de l'Enseignement Catholique

sur Bordeaux

www.rava-reny.com

05.56.96.21.37

 

• Guy Sonnois

Formateur, diplôme IF

 

Si vous êtes formateur en activité sur la Gironde, faites-vous connaître et envoyez-nous copie de votre diplôme.

Nous serons ravis de vous rajouter à la liste.

Repost 0
Published by gestionmentale.over-blog.fr - dans Répertoire
commenter cet article
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 09:42

Le projet de sens de témoin se caractérise par une position (du sujet) relative à la perception : "je suis le témoin de la perception, de ce que je vois, j'entends, je goûte, je touche, je sens.".

 

Il appartient à la polarité acteur / témoin, positionnement de soi par rapport au perception, au monde extérieur.

 

Il occupe une position centrale : comme il s'agit de comment je me positionne par rapport au monde, il est toujours présent en filigrane dans tout travail évocatif.

En général, il est polarisé : c'est une structuration profonde chez la plupart des personnes, il est rarement neutre (autant de position témoin que de position acteur, ou indifférence par rapport à cette polarité).

 

Confusions fréquentes, à nuancer avec : 3ème personne. La distinction entre acteur / témoin et sentant / senti se travaille après l'introduction du deuxième modèle (celui avec la motilitié).

 

Pièges : tomber de la réceptivité (témoin) à la passivité. Être témoin c'est être réceptif, donc jouer le rôle de la personne qui garantit qu'elle a bien assisté à ça et ça, ce n'est pas être passif et laisser les choses se faire.

La position de témoin requiert donc une forme d'activité, et non une indolence.

 

Niveau de formation : abordé en général dans le stage "Dialogue pédagogique", considéré comme présenté dans la formation de base (14 jours). Non-exigible pour l'examen d'entrée en deuxième année (après les 14 jours de la 1ère année). (voir http://www.gestionmentale.org )

 

Article de F.C. Rava-Reny : d'autres articles sur www.rava-reny.com

et sur www.gestionmentale.net

 

Repost 0
Published by gestionmentale.over-blog.fr - dans Concepts
commenter cet article
15 octobre 2010 5 15 /10 /octobre /2010 21:15

• Formation au Dialogue Pédagogique

• Bordeaux, 20-21/11/2010+11-12/12/2010 (4 jours, deux week-ends)

• Animée par Béatrice Rougeron-Glickmann, formatrice agréée, chargée de la formation de formateurs en gestion mentale de 1999 à 2009.

• Coût : 8 places à 305 € pour les nouveaux stagiaires, 4 places à 75 € pour les anciens stagiaires (qui refont ce niveau).

• Pour s'inscrire : imprimer et retourner le document en lien :

bulletin inscription formation DP 2010

Repost 0
Published by gestionmentale.info - dans Formations
commenter cet article
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 18:07

Bonjour et bienvenue !

Pour vous tenir au courant de l'information en gestion mentale, voici ce blog.

Vous pouvez aussi déposer vos commentaires.

Regardez aussi les pages, il y a de l'info.

Repost 0
Published by OverBlog
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de gestionmentale.org
  • Le blog de gestionmentale.org
  • : La gestion mentale dans tous ses états : être attentif, mémoriser, comprendre, réfléchir, imaginer n'auront plus de secrets
  • Contact

Recherche

Liens