Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 décembre 2015 3 02 /12 /décembre /2015 12:48

Lors d'une récente formation de dialogue pédagogique appliqué, « Accompagner les devoirs », un stagiaire m'interroge : « Très bien, vous dîtes que l'élève n'écrit pas au prof en contrôle, mais dans la vraie vie, nous travaillons bien pour le patron, non ?... »

Alors, de la même façon qu'en contrôle on écrit pour soi, pour le prof et pour un semblable, nous travaillons pour nous, pour le patron et pour les clients ou les usagers.

Nous travaillons pour nous car nous serons les bénéficiaires de notre travail comme nous sommes les bénéficiaires de notre note en contrôle.

Nous travaillons pour le patron de la même façons que nous écrivons au prof en contrôle : cela n'est qu'une façon raccourcie de dire les choses. Le professeur est en réalité le correcteur, de même que le patron est l'employeur. Ces deux fonctions, prof ou patron, jaugent de la qualité de notre travail, mais ce n'est pas eux à qui ils s'adressent. Prof ou patron pensent aux intérêts du client ou de l'usager. Le patron se retrouve ainsi dans la même posture que le prof : comment la personne à qui est destinée notre travail (scolaire dans le cas du prof, non-scolaire dans le cas du patron) l'appréciera-t-elle ?

Nous travaillons donc pour des semblables, des personnes comme nous qui souhaitent bénéficier des biens ou des services que nous leur mettons à disposition.
Le professeur jauge notre capacité à partager notre savoir. L'employeur notre capacité à satisfaire le client ou l'usager. Si en tant qu'employé nos clients sont entièrement satisfaits de notre travail, il sera difficile au patron de le décrier.

Alors oui, il y a un cas de figure précis où la qualité de notre travail peut jouer en notre défaveur : c'est lorsque notre travail est trop bon par rapport à celui que fournit nos collègues (exemple : le mien face à mes collègues de gestion mentale... oui, c'est de l'humour... ou pas... tant pis pour ceux qui ont un faible P4 et les pisse-vinaigre). Pour garder une cohésion d'équipe, nous pouvons nous voir reprocher notre travail, pourtant excellent, voire nous faire virer car le contraste est trop important dans l'équipe. Malheureusement, un patron, c'est comme un prof, ce n'est pas forcément un bon communicant...

Repost 0
23 novembre 2015 1 23 /11 /novembre /2015 11:00

Pour nos lecteurs italiens, voici un lien entre les quatre paramètres (portes, palais, ports...) de la gestion mentale, et les quatre sens de l'écriture repris par Dante.

Lu dans Storia della lingua italiana, de Stefano Lanuzza (Newton, 1994, p.29) :

« Il Convivio teorizza quattro sensi della scrittura :
letterale, fissato alle parole;
allegorico, che nasconde la verità con una "bella menzogna";
morale o pedagogico;
anagogico o sovrasenso cioè metafisico. »

Dans le traité II du Convivio, Dante attribue quatre sens à l'écriture : littéral, allégorique, moral, anagogique.

Dante reprend une tradition plus ancienne.

Les quatre sens de l'écriture ont été repris du judaïsme dans le christianisme par Origène, un des Pères de l'Église, un homme, si vous me permettez l'expression, qui avait assez de courage pour se châtrer ; en effet, après avoir lu Matthieu 19:12 « il y a des eunuques qui se sont faits eux-mêmes eunuques pour le royaume des cieux », il décide d'appliquer à la lettre (P1) ce passage, il se fait eunuque. Par la suite, il comprendra que tous les passages de l'écriture ne doivent pas être pris au pied de la lettre (P1) mais peuvent coder (P2) d'autres enseignements en étant une allégorie. En prolongeant, en utilisant la logique (P3), on aboutit à un sens moral ou pédagogique, et si on prolonge encore, on arrive à une métaphore (P4) par-delà la physique ou la logique, le sens anagogique ou métaphysique.

Ces quatre sens de l'écriture seront repris dans le christianisme par Thomas d'Aquin, dont Antoine de La Garanderie fut un grand lecteurs.

La connaissance des quatre paramètres distingue les vrais connaisseurs de la "gestion mentale" des imposteurs, qui se sont arrêtés à une dichotomie entre "visuels" et "auditifs". Mais ceci est une autre histoire, peut-être pas à prendre au pied de la lettre.

Repost 0
Published by Frédéric Rava - dans Paramètres P1 P2 P3 P4 anagogique ITALIANO
commenter cet article
2 octobre 2015 5 02 /10 /octobre /2015 09:36

La dernière page sur le site, avec des photos ! Oui, c'est nouveau ;-)

Accompagner les devoirs sur Lyon

Pour ceux qui ont raté la formation, d'une part, c'était complet, d'autre part, on en refera d'autres !... Et même à côté de chez vous.

Repost 0
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 10:00

Que propose la formation Apprivoiser la grammaire ?

1. Tout d'abord de connaître les bases de la grammaire pour accompagner quelqu'un en français, comme des enfants de primaire ou des jeunes de collège ou lycée.

2. Ensuite, de développer sa clarté d'esprit, sa conscience ou sa logique. Pour utiliser des termes plus techniques, de voir comment la langue joue avec la polarité spatio-temporelle, jongle entre le pôle du nom et le pôle du verbe, explore les différentes possibilités pour ne jamais se laisser figer dans une description.

3. Enfin, d'augmenter sa collecte de renseignements sur le fonctionnement de l'autre et le sien. Lorsque deux personnes échangent à l'oral, lors d'un dialogue par exemple, il y a ce qui est dit avec les mots, et ce qui est dit avec le corps, l'intonation, la posture, mais aussi avec la construction grammaticale des phrases.

Ce qui est dit par les mots seuls, c'est le niveau verbal de la communication ou les signaux de forte intensité, que tout le monde peut noter.

Ce qui est dit à travers les détentes, tensions ou contractions musculaires, c'est le niveau non-verbal de la communication ou les signaux de faible intensité, que tout le monde ne voit pas mais que chacun ressent plus ou moins (on sent que l'on est en phase avec son interlocuteur ou non).

Ce qui est dit à travers les choix grammaticaux de la personne, correspond à un niveau intermédiaire entre verbal et non-verbal. Cela reflète la structure de pensée de la personne. Cette prise d'indices est très utile pour les niveaux avancés de pratique de dialogue pédagogique.

On peut donc trouver différents intérêts dans le suivi de cette formation.

À qui s'adresse-t-elle ?

À tous, parents, professionnels de la pédagogie ou de la communication, étudiants. Aucune connaissance de base n'est requise.

Qui l'a créée et pourquoi ?

Cette formation fait partie du travail de recherche de Frédéric Rava-Reny, formateur-chercheur en pédagogie. Elle répond à un besoin simple : comment faire acquérir le plus rapidement possible à quelqu'un les bases qui lui manquent ? Et aussi au besoin pour certains élèves d'apprendre plus vite, donc c'est aussi un programme d'enseignement accéléré, très utile aux enfants qui s'ennuient comme aux enfants précoces, ou tous les curieux d'une façon générale.

Quel coût ?

Pour rendre la formation accessible au plus grand nombre, IFeP la propose à 50 € par personne en 2015. Il y a aussi des tarifs de groupe (contactez nous !).

Où ?

N'importe où ! Cette formation a déjà été donnée à Bordeaux, Lyon, Paris, Marseille... Nous avons des formateurs agréés partout en France, et ils se déplacent ! Il suffit d'en faire la demande ou de se renseigner. Vous pouvez nous contacter au 06 05 29 43 05 pour en savoir davantage.

Repost 0
25 juillet 2015 6 25 /07 /juillet /2015 10:00

IFeP a organisé trois stages jeunes en 2014, avec une centaine de participants en tout. Des stages où seuls les jeunes progressent ?...

Dans chaque stage, tout le monde continue à apprendre. L'apprentissage fondamental, c'est d'apprendre sans peur. On doit renoncer à de vieux schémas pour accueillir la nouveauté de la vie. C'est parfois difficile, mais c'est toujours salutaire.
En stage comme en dialogue individuel, chaque échange fait renaître en liberté notre dialogue avec la vie.

Repost 0
Published by Frédéric RAVA - dans Dialogue
commenter cet article
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 11:00

La cinquième étape du protocole d'orthographe ansérine demande d'épeler le mot à l'envers, histoire de stabiliser l'évocation, de lui donner une qualité dont nous avons besoin.

Mais, pour certains, épeler à l'envers à l'oral est difficile. Aucun souci, grâce à l'échelle de compréhension, nous disposons de nombreux moyens pour surmonter les obstacles.
Puisque le niveau oral nous pose souci, choisissons-en un autre ! Objet, dessin, corps, niveau intermédiaire entre objet et corps...
Prenons par exemple des objets. Un objet représente une lettre. On épèle à l'endroit, on épèle à l'envers. Ça coince ?... Changeons de niveau. Prenons des mannequins articulés pour monter l'échelle. Chaque mannequin va figurer une lettre. Cela va--t-il ? Non, montons au niveau corps en devenant soi-même chacune des lettres. Oui, descendons au niveau objet.

Peut-on de suite remplacer chaque mannequin articulé par un objet ? Oui, très bien. Non, on les laisse et on place devant chaque mannequin un objet. En présence simultané de deux niveaux, on épèle à l'endroit. On épèle à l'envers. Peut-on retirer maintenant les mannequins ? Oui, on descend l'échelle. Non, on se demande quels mannequins on peut retirer. On procède ainsi à une raréfaction de la perception et dans le même temps à une densification de l'évocation. Au fur et à mesure, on retire les mannequins jusqu'à ce qu'il ne reste que les objets.

On procède de même pour passer du niveau objet au niveau dessin, puis du niveau dessin au niveau oral.

**********************

Ces protocoles sont bien sûr utilisés lors du stage jeunes Explorer et Piloter son Inteligence, du 17 au 21 août 2015.

Repost 0
11 mai 2015 1 11 /05 /mai /2015 10:00

Un article du New York Times du 4 novembre 2014 attire notre attention sur les risques à positiver. Tom Brady, l'auteur de l'article Not enough work, too much positive thinking, signale que sans stress, nous pouvons mourir d'ennui. Au sens propre ! Travailler peu serait aussi néfaste à la santé que travailler trop selon de récentes études. Le professeur de psychologie Paul E. Spector, de l'Université South Florida affirme que travailler peu peut provoquer des tensions musculaires, des maux de tête et à l'estomac... comme trop de travail quoi !
De même, dans une étude publiée en 2014, dirigée par le James Danckert, professeur de neurosciences au Canada, dans le journal Experimental Brain Research, faire regarder un film ennuyeux (des hommes étendant du linge) est plus stressant que de suivre un film triste. Terrible pour nos élèves quand on pense à certains de leurs cours... Comme disait Voltaire, tous les genres sont bons hors le genre ennuyeux...

Quant aux rêveurs, Gabriele Oettingen, professeur de psychologie à l'université de Hambourg, ils dépensent leur énergie inutilement car ils pensent déjà avoir obtenu leur résultat et manquent ainsi de punch pour atteindre leur objectif.

Cela confirme ce que nous préconisons dans la pratique du majeur : penser que l'on peut y arriver, oui, c'est une fin, mais pour réaliser notre but, nous devons aussi évoquer les moyens, et la situation dans laquelle nous sommes présentement, afin de planifier les étapes, sans relâcher nos efforts prématurément.

Repost 0
4 mai 2015 1 04 /05 /mai /2015 10:00

Tino décrit ses évocations visuelles. Elles s'appuient toujours sur du vécu (P1), c'est toujours un film ou une animation : « ça bouge et c'est agréable à voir ».

Comment savoir si notre façon de penser est spontané ? Peut-être quand elle nous fait du bien, en plus d'être vraie...

Repost 0
Published by Frédéric Rava - dans évocation P1
commenter cet article
27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 10:00

Pour se faire comprendre, ou comprendre, on commence par dire ça se passe (en ville, à la campagne, dans quel pays, dans quel continent...), quand ça se passe (le jour ou la nuit, la saison, l'époque...).
Que voit-on ? On précise la couleur, la taille, la forme...
Qu'entend-on ? On précise le volume, le rythme...

On peut donc dresser un tableau à plusieurs colonnes, et avec des lignes indiquant les époques, les continents et disposer ainsi de renseignements qui nous aideront à comprendre un texte (ou se faire plus rapidement comprendre).

Repost 0
Published by Frédéric Rava - dans Compréhension
commenter cet article
20 avril 2015 1 20 /04 /avril /2015 10:00

Pour les élèves qui ont encore envie de travailler mais ne savent pas comment s'y prendre, de petits objectifs atteignables peuvent aider. Par exemple choisir un cours de la journée à raconter, avant de pouvoir le faire pour tous...

Repost 0
Published by Frédéric Rava - dans Motivation MéMoRiSaTiOn
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de gestionmentale.org
  • Le blog de gestionmentale.org
  • : La gestion mentale dans tous ses états : être attentif, mémoriser, comprendre, réfléchir, imaginer n'auront plus de secrets
  • Contact

Recherche

Liens