Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 10:00

J'entendis un jour Antoine de La Garanderie avançait l'hypothèse suivante. Les autistes seraient dans l'espace au détriment du temps (dans l'acception gestion mentale de ces termes).

Des chercheurs canadiens confortent cette hypothèse : ils publient leurs résultats de recherche (voir plus bas) et selon eux, les autistes majorent ce qui est vu.

****************************************************

Les autistes, hypersensibles de la perception
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/66565.htm

Des chercheurs de l'Universite de Montreal ont participe a une
reinterpretation de plus de 26 etudes sur l'autisme. Resultats : les
autistes viennent au monde avec une sensibilite perceptuelle exceptionnelle.

Cette meta-analyse, publiee dans la revue scientifique Humain Brain Mapping,
a consiste en une synthese des recherches actuellement accessibles en
imagerie medicale, obtenues lors d'experiences comportant des stimuli
visuels. Tous les travaux de bonne qualite et presentant du materiel visuel,
peu importe la tache demandee aux participants, ont ete retenus. En
plongeant dans les donnees recueillies aupres de 357 autistes et autant de
non-autistes entre 1995 et 2009, les scientifiques on...

... Lire la suite de cet article sur le web a l'url :
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/66565.htm

Origine : BE Canada numéro 384 (2/05/2011) - Ambassade de France au Canada / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/66565.htm

Repost 0
Published by Frédéric Rava - dans autisme Espace-Temps
commenter cet article
30 juin 2014 1 30 /06 /juin /2014 17:57

Un adjectif verbal est un adjectif formé à partir d'un verbe. Par exemple, chargé vient du verbe charger, privé de priver, etc.
Le participe passé est le verbe qui participe au passé.
En italien, l'adjectif verbal indique un état tandis que participe passé implique une action.
Donc l'adjectif verbal est de l'espace (ou objet) par rapport au participe passé qui est du temps (ou procès).
Exemple, pris dans l'édition bilingue des Douzes nouvelles, de Dino Buzzati (Les langues pour tous, p.34) :
• avec l'adjectif spoglio et le participe passé spogliato
I suoi nemici lo hanno spogliato, è spoglio di tutto.
Ses ennemis l'ont dépouillé, il est dénué de tout.

• avec l'adjectif carico et le participe passé caricato
L'asino è stato caricato di sale, ora è abbastanza carico.
L'âne a été chargé de sel, maintenant il est assez chargé.

"Le français ne rend pas toujours cette distinction" entre état et action.

Parfois, le français distingue les deux, comme dans colmato, rempli, et colmo, plein, ou encore asciugato, séché, et asciutto, sec, salvato, sauvé, salvo, sauf.

Repost 0
Published by Frédéric Rava - dans Espace-Temps
commenter cet article
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 09:15

Quelques pistes pour travailler l'anglais pendant les vacances.

Pour la grammaire, l'essentiel tient dans les 30 règles fondamentales élaborées par Serge Berland-Delépine.
On peut les trouver dans La grammaire anglaise au lycée aux éditions Ophrys.

Pour le vocabulaire, pensez aux dictionnaires visuels.
Il est par ailleurs judicieux d'apprendre en premier les mots plus fréquents.
Une liste avec une traduction se trouve à :
http://www.lexisrex.com/common_words.php?native=French&foreign=English

Repost 0
Published by Frédéric Rava-Reny - dans Anglais
commenter cet article
16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 10:00

On peut imaginer comme découvreur et/ou comme inventeur.
Le découvreur recherche la présence cachée, l'inventeur l'absence manifeste.

Dans l'interview du mathématicien russe qui a refusé un million de dollars pour sa découverte, nous pouvons lire qu'il a cherché à découvrir... les vides.
La recherche de l'absence cachée ?...

 

*******************************************************************
Le mathematicien qui refuse un million de dollars s'exprime
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/66763.htm

 

Grigori Perelman, le genie russe des mathematiques qui a resolu la
conjecture de Poincare, a accorde sa premiere interview depuis un an pour
expliquer pourquoi il a refuse un prix d'un million de dollars.

 

"Pourquoi ai-je mis tant d'annees pour resoudre la conjecture de Poincare ?
J'ai appris a detecter les vides. Avec mes collegues nous etudions les
mecanismes visant a combler les vides sociaux et economiques. Les vides sont
partout. On peut les detecter et cela donne beaucoup de possibilites... Je
sais comment diriger l'Univers. Dites-moi alors, a quoi bon courir apres un
million de dollars?", a dit le savant dans une interview publiee par le
quotidien Komsomolskaia Pravda.

 

... Lire la suite de cet article sur le web a l'url :
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/66763.htm

 

Origine : BE Russie numéro 40 (16/05/2011) - Ambassade de France en Russie / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/66763.htm
 

Repost 0
Published by gestionmentale.org
commenter cet article
9 juin 2014 1 09 /06 /juin /2014 09:00

Ming Red est un jeune garçon de CM2. Comme dans sa gestion mentale, il est auprès des choses, on lui trouve souvent des troubles autistiques. On lui reproche de ne pas savoir s'exprimer facilement. Il souffre aussi de dyspraxie.

Qu'est-ce cela donne en entretien ?...
En tout début d'entretien, lorsque je lui demande comment on fait pour se parler, s'il préfère tu ou vous, et que je lui dise tu ou vous, il répond "je ne sais pas".
Quand je lui demande "Et vous êtes venu pour faire quoi ?", il répond brièvement, presque par "rien".
Et quand je l'interroge sur ce qu'il aime faire dans la vie, un "plein de choses" clôt l'échange.
Il y a une logique du "rien" ou "plein de choses", donc du soit "je ne sais rien" soit "je sais", mais sans possibilité de passer de l'un à l'autre. C'est le tout ou rien. Pas de temps, juste une absence ou une présence.

Puisque le dialogue au niveau oral tourne court, je vais choisir une autre piste.
Je propose donc une activité avec des objets. Construire un petit bateau en légo en utilisant le protocole de séparation dans l'espace : la notice de montage est à un endroit, Ming Red monte ses légos à un autre endroit.
Il réussit facilement et la parole s'installe. La piste "auprès des choses" pour ensuite être "avec les êtres" est efficace. Il s'agit juste d'une latéralité de la pensée, comme on est droitier ou gaucher (et pas manchot !!!). Certaines personnes passent par les choses pour aller vers les êtres, et d'autres passent vers les êtres pour aller vers les choses.

Après les légos, on passe au Rubik's snake, un jeu de "construction" plus complexe car tout d'une pièce.
Ming Red y arrive en utilisant sa technique efficace pour les légos : il se nomme mentalement les pièces, il les compte avec des évocations verbales, il se dit grâce à son langage intérieur où elles se situent.
Quand il trouve par quoi commencer dans le Rubik's snake, il y arrive : mentalement, il s'agit vraisemblablement d'une démarche temporelle.

Enfin, dernière activité de construction, les zoob, qui ressemblent à des légos, donc c'est très facile après une première crainte de l'inconnu.

Ming Red continue de manipuler le Rubik's snake, et il forme un cadre avec.
- « C'est pas un carré » me dit-il spontanément.
- « Ah bon, comment le sais-tu ?... »
- « C'est pas un carré. » Et le voilà à compter les éléments qui forment le cadre.
Il me dit que là il y en a sept, et là cinq, donc ce n'est pas un carré.
- OK, très bien. Comment appelles-tu ça alors ?
La question rend Ming Red perplexe. Il cherche mais ne trouve pas.

Je propose donc de descendre l'échelle de compréhension, en l'invitant à faire un dessin de l'objet qu'il tient dans la main.
Il dessine donc un rectangle.

- Ah oui, c'est un rectangle !
- Tu es sûr ?
- Oui, c'est un rectangle.
- OK, c'est ça en effet. Tu saurais écrire le mot rectangle ?...
Moment d'hésitation. Peut-être parce qu'il sait et ne sait pas en même temps.

Je l'invite à remonter au niveau objet. Il prend des pièces métalliques (les centimes rouges) et une noisette pour écrire le mot rectangle, chaque objet étant une lettre.
J'utilise alors le protocole d'orthographe ansérine.
Pour épeler, c'est difficile, et épeler à l'envers, infaisable.

Je l'invite à monter au niveau corps de l'échelle de compréhension : être soi-même chaque lettre. Mais non, ce n'est pas possible.
Nous redescendons donc au niveau intermédiaire, avec des mannequins articulés.
Comment faire le R ?...

- Bon, alors tout à l'heure, quand tu y arrivais, tu te disais comment était les choses, donc pourrais-tu te dire comment s'écrit le R ?...
Mais cela semble infaisable, comme si le R formait un tout qui ne commençait nulle part.

- Alors peux-tu écrire la lettre dans l'air avec ton doigt ?
Ming Red le fait.
- Maintenant dis-moi comment tu fais ces mouvements.
- De haut en bas. Puis un arrondi. Puis un trait de travers.
- Un trait de travers comment ?
- De la gauche vers la droite.
- C'est bon, tu as tout ?
- Oui !
Ming Red prend un mannequin articulé et lui donne la forme du R, l'arrondi étant fait par un bras et le trait de travers par une jambe. Il en est content.

- Très bien, et tu pourrais être toi un R maintenant ?

Ming Red devient alors un R. Il s'en amuse.
Les autres lettres deviennent l'occasion d'une découverte et d'une invention. Ming Red jubile à trouver comment chaque mannequin qu'il sort au fur et à mesure va construire le mot, comme des légos...

Une fois que le mot est écrit avec les mannequins, et qu'il sait comment être lui-même chacune des lettres (et plus tard avec sa maman il trouve que ce sera une bonne idée de le photographier être chaque lettre), à ce moment-là, on peut revenir sur le niveau objet.

Ming Red arrive à m'épeler à l'endroit, puis à l'envers, avec les pièces et la noisette devant lui.
Quand je lui demande s'il veut l'orthographe exacte (pour vérifier) pour les yeux ou les oreilles, il préfère les oreilles.
Je lui dis. Il modifie une de ses lettres. Il arrive de nouveau, maintenant avec l'orthographe exacte, à épeler puis épeler à l'envers.

Et pour terminer, il écrit le mot, très content.

Il repart avec plein de choses qu'il pourra faire. Comme l'importance de se parler intérieurement (voire extérieurement) ce qu'il y a devant lui. Se donner un ordre (en premier, en deuxième...). Utiliser le niveau objet de l'échelle de compréhension pour rejoindre le niveau oral ou écrit, en passant par les autres au besoin.

Il a trouvé ce que d'autres trouveront au stage pour les jeunes "Explorer et piloter son intelligence" du 18 au 22 août à Bordeaux... Et ce n'est qu'un début !

Autisme ou auprès des choses ?...
Repost 0
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 11:36

Pour les jeunes, de la dernière année de maternelle jusqu'à post-bac, nous organisons le stage "Explorer et piloter son intelligence". Soixante jeunes s'y retrouvent, accueillis par un équipage de trente adultes. Renseignements sur la page en lien... Il reste encore quelques places, ne tardez pas !

Repost 0
Published by gestionmentale.org
commenter cet article
2 juin 2014 1 02 /06 /juin /2014 11:55

Petit extrait d'un dialogue pédagogique avec une jeune de CM2 qui n'utilise aucune image visuelle...

- 12 !
- Oui, c'est correct (7+5). Comment as-tu fait dans ta tête ?...
- Je me suis dit 7 et puis après 8, 9, 10, 11, 12.
- Oui, ok. Et comment savais-tu qu'il fallait s'arrêter à 12 ?
- En fait je me suis dit : 7, 8, (un temps d'arrêt) un, 9, (un temps d'arrêt) deux, 10, (un temps d'arrêt) trois, 11, (un temps d'arrêt) quatre, 12, (un temps d'arrêt) cinq.

Repost 0
Published by Frédéric Rava-Reny
commenter cet article
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 09:31

Personne n'aime être enfermé dans sa chambre. Et comme le disait le grand Charles (non, l'autre ! Baudelaire, 1821-1867) : "Homme libre, toujours tu chériras la mer !"
La mer est la façon la plus commode de sortir pour un pays.
Donc tous les pays cherchent un accès à la mer. (et la plupart des hommes vivent près de la mer)
Un pays qui n'a pas accès à la mer est un pays enfermé (on dit enclavé) : il cherchera alors des fleuves.

Pour commencer l'étude d'une carte, la première chose à situer sera les mers et les océans.
Comment est cette mer, cet océan ?
Il fait chaud, froid ?... Y a-t-il des courants (qui réchauffent ou refroidissent) ?
Y a-t-il des marées ? (ou bien est-on en Méditerranée où il n'y a pas de marées ?)

Comment va-t-on à la mer, à l'océan ? Quels sont les fleuves ?

Ah oui, important, précipitez-vous devant un évier et observer comment l'eau se déplace.
Oui, de haut en bas.
Donc un fleuve va lui aussi de haut en bas. Il se jette dans la mer. Ce n'est pas un fjord. Ce n'est pas la mer qui remonte. La Seine n'est pas un bras de mer qui remonte jusqu'à Paris. Goûtez l'eau d'un fleuve, elle est douce, elle n'est pas salée.
C'est parce qu'elle est buvable que la plupart des villes sont à côté d'un fleuve, d'une rivière. Il faut bien boire !
Et dans un fleuve, il n'y a pas de poissons de mer. Pas de requins dans la Loire, la Seine ou le Rhône.
Pour notre carte, nous regardons d'abord :
1) où est la mer ;
2) où sont les fleuves ;
3) où sont les grandes villes au bord des fleuves.
Les villes sont au bord des fleuves car il faut bien boire et le fleuve permet de sortir, de voyager, d'échanger des marchandises (comme de la nourriture mais aussi des matériaux, des vêtements, etc.).
Donc il y a souvent de grosses villes là où deux fleuves se rejoignent.
Ou encore là où un fleuve et la mer se rencontrent.

Donc les fleuves vont vers la mer. Ils descendent. D'où ? Des montagnes.
Remontons les fleuves, nous trouverons les montagnes.
Cela donne le relief (en observant aussi où sont les plaines...).
Si vous connaissez le cycle de l'eau, ce sera très utile.
Vous verrez alors où vont les vents qui portent les nuages.
Donc là où il pleut, ou la végétation pousse, et là où il pleut moins, où il y a moins de végétations.
Nous rencontrons alors les zones climatiques : il pleut il fait chaud, tout pousse, il fait sec il fait froid, pas grand chose pousse, etc.
Donc :
4) où sont les zones climatiques ? Qu'y trouve-t-on (plaines, forêts, steppe...) ?
D'où comment vit-on dans ces zones : on y pêche, on y fait pousser des céréales, on y fait de l'élevage, etc. ?
Donc :
5) quelles activités humaines y trouve-t-on ?

C'est une façon de parcourir une carte.
1) mers et océans
2) fleuves
3) grandes villes
4) zones climatiques
5) activités humaines

Pour chaque étape, on peut utiliser un calque. On peut ainsi superposer les calques pour voir les différents niveaux de lecture.

Repost 0
Published by Frédéric Rava
commenter cet article
19 mai 2014 1 19 /05 /mai /2014 10:00

De quoi faire réfléchir sur la différence entre les temps externe et interne.

« Pour réaliser la valeur d'UN AN,
Demande à un étudiant ou une étudiante qui a échoué à ses examens.
Pour réaliser la valeur d'UN MOIS,
Demande à une mère qui a donné naissance à un enfant prématuré.
Pour réaliser la valeur d'UNE SEMAINE,
Demande au rédacteur en chef d'un hebdomadaire.
Pour réaliser la valeur d'UN JOUR,
Demande à un travailleur payé à la journée qui a six bouches à nourrir.
Pour réaliser la valeur d'UNE HEURE,
Demande aux amoureux qui attendent de se retrouver.
Pour réaliser la valeur d'UNE MINUTE,
Demande à quelqu'un qui vient de rater son train.
Pour réaliser la valeur d'UNE SECONDE,
Demande à une personne qui a échappé à un accident.
Pour réaliser la valeur d'UN MILLIÈME DE SECONDE,
Demande à une médaille d'argent aux Jeux Olympiques.»

Traduction d'un poème, Sean Covey, Les 7 habitudes des ados bien dans leur peau, First Editions, p.178

Repost 0
Published by Frédéric Rava-Reny - dans Espace-Temps
commenter cet article
12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 10:00

Voici un résumé d'un jeune de 14 ans suite à une séance de travail sur les 5 gestes mentaux de l'apprentissage.

La pensée est comme un animal qui peut aller dans tous les sens.
Quand je veux la diriger, je lui met une selle, je m'assois dessus et lui dit où aller :
- pour être attentif, il faut donner la direction de faire des allers-retours entre moi et ce à quoi je veux être attentif ;
- pour mémoriser et imaginer, on l'envoie dans le futur,
- pour comprendre ou réfléchir, on l'envoie dans le passé.
Pour mémoriser, on lui fait faire des allers-retours entre le moment présent et le moment futur de réapparition de ce que l'on souhaite mémoriser.
Pour imaginer, on l'envoie dans le futur pour trouver du neuf, soit caché mais pas encore aperçu (découvrir) soit pas encore présent mais que nous allons fabriquer (inventer).
Pour comprendre, les allers-retours se font entre ce que je veux comprendre et mon passé.
Pour réfléchir, les allers-retours se font entre ce sur quoi je réfléchis et ce que je connais déjà comme loi ou comme référence sur le sujet.

Any comment ?...

***********************************

Prochain stage jeunes "Explorer et piloter son intelligence", du 18 au 24 août 2014 sur Bordeaux

Repost 0
Published by Frédéric Rava-Reny
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de gestionmentale.org
  • Le blog de gestionmentale.org
  • : La gestion mentale dans tous ses états : être attentif, mémoriser, comprendre, réfléchir, imaginer n'auront plus de secrets
  • Contact

Recherche

Liens